SUNWING offrira 22 vols hebdomadaires vers le sud à partir de Québec

SUNWING offrira 22 vols hebdomadaires vers le sud à partir de Québec

14 mai 2012

Le Soleil 12 mai 2012 (Luc Fournier)


 


(Québec) Vingt-deux vols hebdomadaires en partance de Québec. Destination: soleil et sable chaud. C'est ce qu'offrira l'hiver prochain le Groupe de voyage Sunwing, sept ans à peine après avoir fait atterrir ses premiers avions à l'Aéroport international Jean-Lesage. Visiblement, les Québécois sont de plus en plus friands de soleil. Et le transporteur l'a bien compris.




«Nous avons réussi, ici à Québec, beaucoup plus rapidement que nous l'espérions», indique d'entrée de jeu Sam Char, le directeur général de Groupe de voyage Sunwing, de passage à Québec. Il y avait de toute évidence un besoin pour les destinations soleil, et, surtout, pour des départs tout au long de l'année.


À la première conférence de presse de Sunwing dans la capitale québécoise, en juillet 2006, «personne ne nous connaissait, personne ne savait où on allait aller. Personne ne savait même si on allait avoir un avion en décembre», se rappelle M. Char.


Le nombre de sièges offerts pendant l'hiver - la saison forte pour les voyages dans le Sud - convaincra aujourd'hui ceux qui doutaient de la pertinence de la présence du transporteur spécialisé dans l'aviation de loisir, à Québec. En sept ans, l'offre de départs est passée de 9000 à 60 000 sièges, pour la période de novembre à avril.


 


Sunwing s'implante d'ailleurs de plus en plus dans la capitale québécoise. «Cet hiver, on aura un peu plus de 100 employés à Québec.» Des pilotes, des agents de bord, des mécaniciens. Sans compter une entente avec Culinair, une entreprise de la région qui concocte les repas pour les vols au départ de Québec et de Montréal.


Depuis les dernières années, Sunwing opère aussi de Bagot- ville, de Sept-Îles et de Val-d'Or.


La piqûre du Sud


La tendance est de plus en plus aux courts séjours, remarque Sam Char. Quitte à s'envoler vers le Sud plus d'une fois dans l'année.


«De plus en plus de gens de Québec, au lieu de partir une fois par année, vont partir deux ou trois fois. Trois, quatre, cinq jours.» Un choix rendu possible avec l'ajout de vols hebdomadaires.


D'un seul avion en 2005 - alors que Sunwing lançait sa ligne aérienne -, la compagnie en comptera 27, à l'hiver. De ceux-là, sept sont basés à Mont- réal et deux à Québec. Tous des Boeing 767-300.


Le goût du Sud prend même les Québécois durant la saison chaude. Dans ce créneau, «à Québec, il y avait peu d'alternatives, sinon pas d'alternatives», remarque le directeur général. De toute évidence, il suffisait d'offrir le service pour que les vacanciers montent à bord.


Une offre qui fait aussi en sorte de garder à Québec les passagers d'ici qui s'envolaient en partance de Montréal, où les possibilités de vols sont plus nombreuses.


Reste que les destinations préférées des Québécois demeurent sensiblement les mêmes, d'année en année.


«C'est un triangle. Cuba, République dominicaine, Mexique. Ce triangle reste, spécialement au Québec, le triangle le plus fort. Et au milieu s'est greffée la Jamaïque, qu'on opère dès l'hiver prochain.»


Varadero, Punta Cana et Cancún demeurent les villes chouchoutes. À tel point que l'ajout de nouvelles destinations n'est pas toujours salutaire. «On a fait Margarita [au Venezuela] l'année dernière. On ne le fait pas cette année.» La qualité du service, dans les établissements locaux, ne plaisait pas à tous. «On est sorti de là.»


Une offre globale


Le Groupe de voyage Sunwing offre des voyages tout inclus. «Nous, on est l'usine. On contrôle notre produit du début de la fabrication jusqu'à sa livraison. On le contrôle de A à Z.» L'entreprise possède une dizaine d'hôtels parmi les 330 avec qui elle fait des affaires.


Et c'est dans ce créneau que compte investir Sunwing dans la prochaine année. «On est en train de tourner nos énergies pour acheter nos hôtels ou faire la gestion de nos hôtels en République dominicaine, particulièrement à Punta Cana.» Ces investissements permettront de mieux contrôler l'inventaire des chambres, explique M. Char. On pourrait croire que Sunwing a traversé difficilement la crise financière de 2008-2009. Mais les turbulences n'auront pas affecté outre mesure le voyagiste. Même que ça lui aura souri, indique Sam Char. «Bien souvent, dans notre industrie, quand ça va mal, les gens dépriment.»


Et s'il y a une chose qu'ils ne veulent pas couper dans leur budget, c'est une semaine sans le lourd manteau et les bottes, question de s'extirper momentanément de cette morosité passagère, explique-t-il.


Un signe patent du pouvoir d'attraction du soleil. Un pouvoir dont l'effet se fait maintenant sentir tout au long de l'année et qui prend pour certains des airs de besoin essentiel.


Groupe de voyage Sunwing, c'est...


- une compagnie fondée en septembre 2002


- des bases principales à Toronto et à Montréal


- un chiffre d'affaires passé de 17 millions $ à 1,3 milliard$ en neuf ans


- près de 640 vols hebdomadaires en partance de 33 aéroports au Canada


- quelque 180 vols au départ du Québec


- une cinquantaine de destinations dans 22 pays




« Retour



voir tous les vidéos